La Source, école nouvelle
La Source, école nouvelle
 
 
Repas BIO

Betteraves râpées crues

Chili con carne

Riz basmati

Tomme d'Anjou

Fruit
 

Le C.I.R.C.M.

Accueil > Vie du Niveau I > Le C.I.R.C.M.
  • C'est au cours de l’année 2003-2004 que  La Source s’est lancée "Vers le Pacifique" .

 

 
Les équipes des trois niveaux ont bénéficié d’une formation à la résolution pacifique des conflits et à l’implantation du projet avec Elisabeth Collard, accréditée par le CIRCM. Un stage de sensibilisation a également été proposé aux parents. Après le lancement officiel et spectaculaire, les ateliers ont été mis en place de la grande section de maternelle à la 4e.

Lors des deux premières années, le programme a été scrupuleusement suivi par toute l’équipe du primaire et une quinzaine de professeurs du secondaire, mus par le souffle de l’innovation.
Après ce temps d’expérimentation et d’appropriation, une évaluation auprès des élèves et des adultes a été effectuée. Le bilan global s’est avéré positif grâce à l’utilisation efficace d’un outil commun de communication, d’un même langage pour la résolution de conflit. La mise en œuvre fut d’autant plus aisée qu’elle s’inscrivait dans nos pratiques dinteractivité et de jeux de rôles.

A La Source, la culture du dialogue privilégié se concrétise par des échanges collectifs permanents en particulier lors du conseil des élèves et en instruction civique.

Ces premières observations et analyses ont conduit l’équipe du niveau 2 à moduler le programme canadien pour l’adapter à nos élèves, tant dans le nombre d’ateliers que dans le contenu des supports.
L’équipe du niveau 1 a poursuivi l’application de la méthode initiale à l’aide du matériel pédagogique nécessaire fourni.
 
Cependant, aux deux niveaux, nous avons choisi de ne pas  mettre en place le deuxième volet, soit la médiation par les pairs, jugeant qu’elle se faisait spontanément à La Source et qu’il était inutile de l’institutionnaliser.
Fortes de ces réflexions, les équipes ont poursuivi la réappropriation du projet les quatre années suivantes, avec diverses évolutions comme la sélection de certaines situations, la réécriture de certains dialogues, la mise en place d’ateliers non mixtes ou encore l’intervention d’un théâtre forum notamment pour les 4e.

En 2009-2010, nous avons atteint les limites d’un tel programme. L’usure s’est fait sentir chez les adultes et les enfants, davantage au secondaire qu’au primaire, le sentiment général étant que le programme était mieux adapté aux plus jeunes qu’aux préadolescents. L’impression de répétition d’un même "système" ou "discours" chaque année, et le questionnement des élèves quant à son utilité ont provoqué une réelle perte de motivation.
Cependant, nous avons constaté, et beaucoup apprécié, la facilité et la rapidité de l’acquisition d’une méthode commune de gestion de conflits.
 
Aujourd’hui, le programme reste très présent en grande section de maternelle et au CP sous sa forme initiale, puis un rappel est fait en CE2. Dans les autres niveaux de classes au primaire, les documents servent de référence en cas de conflit.
Certes, la méthodologie est acquise, mais elle s’intègre dans un rapport permanent entre adultes et enfants notamment dans le collectif, et lors d’échanges individuels avec l’enseignant.
Au secondaire, au delà de l’efficacité reconnue et appréciée de la gestion de conflit (langage et technique) adoptée par les jeunes, nous mettons en place de nouveaux ateliers cette année dont le thème principal est la tolérance.
Ce que nous conserverons du projet à travers nos ateliers :
  • Le principe de co-animation.
  • La transmission aux nouveaux élèves des mécanismes et techniques de base de gestion de conflit.
  • Des aménagements temporaires des emplois du temps des élèves et des enseignants pour ces plages horaires dédiées à la formation citoyenne en dépit de l’aspect chronophage.
  • Le plaisir de l’innovation et de l’expérimentation.

En conclusion, nous avons beaucoup apprécié de nous embarquer dans cette aventure vers le Pacifique, à la fois bien accompagnés par Elisabeth Collard, et libres de faire évoluer le projet.
Nous en avons goûté les bénéfices et testé les limites. Précisons que de par notre projet pédagogique spécifique, nous pensons d’une part avoir moins de violence et de conflits à gérer que d’autres établissements, d’autre part, avoir la chance de travailler avec des équipes ouvertes aux travaux collectifs et à l’expérimentation et surtout jouir d’une communication élèves-adultes privilégiée.
Tout cela a indubitablement contribué à faciliter la mise en œuvre de ce programme ambitieux.

Tatiana Consiglio

 
La Source - 11 rue Renan - 92190 Meudon - Tel : 01 46 26 99 88 - Webmaster - Mentions Légales - Plan du site